Le problème à résoudre

Un calendrier solaire a pour but de repérer avec précision la position de la terre par rapport au soleil, position qui régit la vie sur notre planète. La terre fait un tour complet sur son orbite autour du soleil en un peu moins de 365,2422 jours ; le jour étant le temps qu’elle met pour faire un tour sur elle-même. Toute l’astuce des concepteurs de calendrier consiste donc à intercaler des années bissextiles de 366 jours entre les années normales de 365 jours pour qu’au fil des années, à une même date corresponde sensiblement la même position du soleil.

 

Un peu d’histoire

 

Dans la Perse préislamique, existait un calendrier solaire de 365 jours avec 12 mois de 30 jours et 5 jours additionnels insérés entre les mois 8 et 9 puis déplacés, vers l’an mille, à la fin de l’année. Dans ce système, le début de l’année reculait d’un jour tous les 4 ans.

 

Avant de mettre au point le calendrier en vigueur depuis 1925 en Iran, Omar Khayyam avait déjà proposé un cycle de 33 ans comportant 8 années bissextiles, ce qui portait la durée moyenne de l’année à 365, 2424 jours, précision bien supérieure à celle du calendrier grégorien.

 

Le système actuel

 

Probablement instauré par Omar Khayyam au XIème siècle, il considère un cycle de 2820 années dont 683 bissextiles conduisant à une durée moyenne de l’année ne s‘écartant de la valeur réelle que de 8 millionièmes de jours, ce qui n’entrainerait un décalage d’un jour qu’au bout de 123987 ans !

 

Les 2820 ans sont divisés en 21 cycles de 128 ans (1 cycle de 29 ans et 3 cycles de 33 ans) et 1 cycle de 132 ans (1 cycle de 29 ans, 2 cycles de 33 ans et 1 cycle de 37 ans).

 

Dans chaque cycle, la première année bissextile est la cinquième ; les autres suivent tous les 4 ans.

 

Structure du calendrier persan

 

Comme tous les chiites, les Perses comptent leurs années à partir de la Révélation de l’ange  Gabriel au prophète Mahomet, c'est-à-dire en 621 après JC. Le début de l’année est fixé à l’équinoxe de printemps, généralement le 21 mars. L’année comporte 6 mois de 31 jours suivis de 5 mois de 30 jours. Le dernier mois comprend 30 ou 29 jours selon que l’année est ou non bissextile. On trouve successivement : farvardin (21-03/20-04), ordibehecht (21-04/21-05), khordâd (22-05/21-06), tir (22-06/22-07), mordâd (23-07/22-08), chariver (23-08/22-09), mehr (23-09/22-10), âbân (23-10/21-11), âzar (22-11/21-12), dey (22-12/20-01), bahman (21-01/19-02) et esfand (20-02/20-03).

 

La semaine commence le vendredi : djom’é et se poursuit par chanbé, yékchanbé, dochanbé, séchanbé, tchârchanbé, pandjchanbé.

 

Exemple

 

Dans le calendrier persan, le mercredi 25 décembre 2013, jour de Noël, sera tchârchandé, 4 dey 1392.   

 

Une mystification savamment orchestrée

Une vaste opération de propagande Le régime iranien et ses supplétifs parisiens ont lancé une grande offensive de charme sous la forme d’une semaine culturelle à la gloire d’Ispahan, ville chargée d’Histoire. Inauguration à l’Assemblée nationale sous la houlette de…

Une coutume du monde islamique: le remadan

La période du ramadan, fixée au 9ème mois du calendrier lunaire, varie selon les années. En 2007, elle se situe entre le 13 septembre et le 12 octobre. Aux yeux des non musulmans, le ramadan se présente comme une sorte…

Un objet traditionnel iranien; le narguilé

L’objet appelé narguilé dans la plupart des pays européens est une grande pipe à eau servant à fumer un mélange de tabac et d’essences de fruits. Son nom, dérivé du sanscrit, viendrait du mot persan nargil : noix de coco,…

Un commerce effarant

 L’aggravation de la pauvreté et du chômage en Iran a conduit beaucoup de personnes issues des couches les plus fragiles de la société iranienne à vendre certains de leurs organes comme les reins, la cornée et la moelle osseuse. Sur…

Retour sur la condition féminine en Iran

Dans un pays où machisme rime avec intégrisme, les femmes sont soumises à de multiples contraintes. Il leur est interdit de faire du vélo, de faire des selfies avec des footballeurs, de porter des bottes sur le pantalon, de travailler…

Quelques aspects du sport traditionnel iranien

Varzesh-e Pahlavani (sport des héros) Les sports de combat ont toujours été très en honneur en Iran. Le poète Ferdowsi, dans le Shahnameh (livre des rois), glorifie les combattants mythiques de l’époque, les Pahlavans (champions). Le résultat d’une guerre était…

Nowrouz: une fête ancestrale qui défie les mollahs

Nowrouz qui signifie « nouveau jour » correspond à l’équinoxe de printemps marqué par l’égalité de la durée du jour et de la nuit. Par convention, l’instant où se produit cet équinoxe marque le début d’un nouveau cycle de rotation…

Nowrouz, la plus ancienne fête des Iraniens

 « Nowrouz » (qui signifie : « Nouveau Jour »), est la plus ancienne fête des Iraniens. Mais en dehors de l’Iran, des pays comme le Tadjikistan, l’Ouzbékistan, le Tu r k m é n i s t a n…

Les tribus nomades d'Iran 2

Les Qahqaïs D’ascendance turque, présents dans le Fars depuis le 18ème siècle, les Qashaïs sont organisés en une confédération qui fut très puissante à l’époque qadjar, au 19ème siècle et au début du 20ème siècle, assurant l’ordre et la sécurité…

Les tribus nomades d'Iran 1

L’Iran est un pays qui se caractérise par la présence de nombreuses tribus nomades issues de groupes ethniques partiellement sédentarisés. Vivant au rythme des saisons, elles pratiquent la transhumance et installent leurs campements à une altitude plus ou moins haute…