Peut-on qualifier autrement le régime des mollahs quand on constate de quelle façon irresponsable et désastreuse dont ils ont géré la crise du coronavirus ?

Alors que la population iranienne représente un peu plus de 1 % de la population mondiale, le nombre de victimes du COVID-19 en Iran s’élève à 9 % du total des victimes dans le monde. C’est le résultat direct des politiques criminelles et prédatrices du régime clérical, en particulier de son guide suprême Ali Khamenei et des gardiens de la révolution.

Le régime a menti quand Rohani a déclaré, le 31 mars 2020 avoir découvert la propagation du virus en Iran le 19février et en avoir informé immédiatement la population alors qu’il avait fait ses premières victimes quatre mois plus tôt, ce que les experts du régime ont confirmé par la suite, révélant que l’information avait été gardée secrète pour des raisons politiques et sécuritaires.

En outre, le régime a maintenu pendant longtemps les vols de Mahan Air (affiliée aux pasdarans) à destination et en provenance de la Chine, malgré les protestations des experts sanitaires. À la fin du mois de mars, Mahan Air affichait au moins 55 vols vers diverses villes de Chine.

Les dirigeants du régime ont cherché à minimiser la gravité de la pandémie autant qu’ils le pouvaient. Ce fut d’abord Rohani, affirmant le 25 février 2020, en réponse aux recommandations des experts de la santé selon lesquelles il fallait confiner le pays « À partir du samedi 29 février 2020, tout reviendra à la normale » Plus tard, le 3 mars 2020 ce fut au tour de Khamenei de déclarer, « N’exagérons pas trop la question de la pandémie. C’est un incident qui s’est produit et qui disparaîtra, si Dieu le veut, dans pas très longtemps. Il a émergé dans le pays et se répandra, puis partira. » Pire, il a qualifié le virus mortel de bénédiction et d'opportunité.

Le 6 avril 2021, Rohani s’est fait l’écho d’une décision du Guide suprême allouant un milliard de dollars du Fonds souverain national au « ministère de la Santé et aux fins de l’enseignement médical », ainsi qu’au « Fonds d’assurance-chômage ». Mais comme l’a révélé Iraj Harirchi, à la télévision d’État, le 22 septembre 2020, « seulement 30 % de ce montant a été versé au ministère de la Santé

Le régime des mollahs, qui a fourni les meilleurs équipements et fournitures médicales à ses autorités et aux commandants des pasdarans, a refusé de donner les fournitures les plus élémentaires au personnel médical et aux infirmières qui risquent leur vie pour soigner leurs compatriotes. Il a même refusé de payer leurs salaires, au point que son député de la province de Guilan a été cité par Jahan Sanat, le 9 mars 2020, disant : « Nos médecins n’ont pas de masques ni de gants et perdent la vie par manque d’équipement, car les fournitures spéciales telles que l’oxygène et les médicaments font défaut dans cette province. »

L’aspect le plus criminel de la politique de Khamenei a été l’interdiction d’importer des vaccins. Hassan Ghazizadeh Hashemi, membre du CNLC, a déclaré au quotidien officiel Hamdeli, le 5 septembre 2021 : « La mafia de la drogue gagne 30.000 milliards de rials par mois en vendant du sérum et certains médicaments contre le coronavirus. Le retard dans l’achat du vaccin du coronavirus est lié aux activités de la mafia de la drogue ; ils ont infiltré l’appareil décisionnel et retardé l’achat du vaccin pour faire plus de profit. » 

Vers un désastre économique

L’économie iranienne commence à ressentir douloureusement les effets des sanctions prises par la communauté internationale en raison du refus des autorités iraniennes à stopper leur programme d’enrichissement d’uranium à des fins très probablement militaires.

Une visite qui tourne mal

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad ne gardera pas un bon souvenir de sa visite en Egypte. Le 5 février, à la sortie d’une mosquée, il a été la cible d’un lancer de chaussure de la part d’un protestataire syrien qui…

Une société en ébullition

En dépit des mesures répressives du régime, les mouvements de protestation se multiplient en Iran. La récente fête du feu a vu les jeunes Iraniens manifester leur dégout et leur rejet du fascisme religieux au pouvoir. Les agriculteurs de la…

Une situation qui ne fait qu'empirer

Le Secrétaire général des Nations Unis, Ban Ki-moon, rappelant les promesses électorales du président du régime iranien, mollah Hassan Rohani, a estimé mardi 11 mars que ce dernier a échoué à réaliser ces promesses en ce qui concerne la liberté…

Une presse entièrement aux ordres du pouvoir

Selon une récente étude de Reporters sans Frontière, l’Iran des mollahs est l’un des pays qui respectent le moins la liberté de la presse. 173 pays font mieux dans ce domaine. Le contrôle de l’information y est implacable. De 1979…

Une photo symbolique du soulèvement en Iran

Libération : Un photographe italien, Pietro Masturzo, est le gagnant du World Press Photo Award 2009 pour un cliché sur la contestation en Iran, ont annoncé vendredi les organisateurs du plus prestigieux concours de photojournalisme. «La photo montre le commencement…

Une mascarade électorale

Le 12 juin 2009, les Iraniens seront appelés à plébisciter le candidat à la présidence de la République islamique désigné par le Guide suprême pour appliquer scrupuleusement ses directives. Comme dans tous les régimes totalitaires, les élections en Iran ne…

Une manifestante condamnée à mort

Actuellement détenue à la sinistre prison d’Evine où elle purge une peine de deux ans de prison qui lui a été infligée pour avoir participé à une manifestation de l’Achoura au mois de décembre 2009, Madame Farah Vazehan vient d’être…

Une exécution stratégique

S’il n’avait pas été aussi connu, Navid Askari serait peut-être encore en vie, mais ce champion de lutte de 27 ans était admiré, pour ses performances par l’ensemble de ses compatriotes. Cette réussite profane n’était pas du goût de la…

Une élection très particulière

Entre deux maux, ils ont choisi le moindre. Appelés à se rendre aux urnes le 19 mai 2017 pour élire le président du régime des mollahs, les Iraniens ont préféré Hassan Rohani, le pseudo-modéré au sinistre Ebrahim Raïssi membre de…

Une conjoncture explosive

Le guide suprême iranien, l’ayatollah Khamenei a encore enfoncé le clou, le 4 février lors de la prière du vendredi à l’université de Téhéran, en déclarant à propos d’Israël : « Le régime sioniste est le vrai cancer de la…

Une activité en plein essor

Dans une interview avec l’hebdomadaire d’Etat Namayandeh, le 21 mai 2016, Massoud Khansari a déclaré que « les entreprises du pays sont maintenant en récession absolue et je crois qu’à l’heure actuelle l’économie de l’Iran subit sa plus grande et…

Un tueur en série candidat à la présidence des mollahs iraniens

En raison de son passé criminel, il devrait être en prison pour le restant de ses jours dans un pays où la peine de mort aurait été abolie. Au lieu de cela, le sinistre Ebrahim Raisi, l’un des quatre membres…

Un soulèvement férocement réprimé

Tout a commencé par l’annonce d’une forte augmentation du prix de l’essence qui provoqua un vaste mouvement de contestation. Les Iraniens descendirent en masse dans la rue pour exprimer leur mécontentement. Très vite la contestation se transforma en une véritable…

Un séisme dévastateur

Le 11 août 2012, un violent tremblement de terre a touché les provinces d’Azerbaïdjan, d’Ardebil et de Zandjan, rasant de très nombreux villages et coupant les communications d’une multitude d’agglomérations.

Un régime en guerre contre sa jeunesse

Il ne fait pas bon être jeune en Iran où le régime misogyne et liberticide des mollahs condamne tout rassemblement festif mixte et sanctionne lourdement filles et garçons ayant osé braver l’interdit. Le lundi 25 juillet, le Colonel Mohsen Khancherli,…

Un régime belliciste

-Selon le quotidien allemand der Spiegel, depuis 2011, le régime iranien a dépensé au moins 9 milliards de dollars pour soutenir le dictateur syrien Bachar el-Assad et il est impliqué plus que tout autre pays dans les conflits en cours…

Un refus qui en dit long

Le fascisme religieux au pouvoir en Iran a de nouveau refusé aux inspecteurs de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) l’autorisation d’inspecter deux sites soupçonnés d’avoir abrité des activités nucléaires. Ce refus montre une fois de plus que le régime…

Un rapport accablant sur les agissements du Vevak

Un récent rapport d’investigation du Pentagone et de la bibliothèque du Congrès américain fait des révélations frappantes sur l’étendue des activités du ministère du Renseignement et de la sécurité iranien (Vevak) contre les opposants, en particulier les efforts pour discréditer…

Un nouvel épisode de la crise de l'eau en Iran

En raison de l’asséchement du fleuve Zayandeh Roud, 300 000 agriculteurs de la région d’Ispahan ne peuvent plus arroser leurs cultures. En signe de protestation, ils ont organisé un sit-in dans le lit asséché du fleuve. Ils ont été rejoints,…