La Belgique et l’Iran ont conclu un accord d’échange de prisonniers avec, pour premier objectif, coté iranien, le retour en Iran d’Assadollal Assadi, l’auteur du projet d’attentat à la bombe contre le rassemblement annuel de la Résistance uranienne qui s’est tenu à Villepinte le 30 juin 2018.

Pour se justifier aux yeux de la Communauté internationale, les responsables belges ont fait jouer la corde sensible, affirmant que pour des raisons humanitaires, il serait bon qu’une personne condamnée et détenue à l’étranger soit autorisée à purger sa peine dans son propre pays, à proximité de sa famille et de ses amis.

Il faudrait être bien naïf ou profondément stupide pour imaginer que, rapatrié en Iran, Assadi serait conduit en prison et y resterait jusqu’au terme de sa peine, seize ans plus tard. S’il devait être inquiété, ce ne serait pas pour avoir organisé l’attentat, mais pour son lamentable échec dans la réalisation de la mission qui lui avait été confiée.

La divulgation de cet accord a déclenché une vague de protestations de la part des amis de la résistance iranienne et des défenseurs des droits de l’homme. Des responsables d’associations et de nombreuses personnalités dont beaucoup étaient présentes au Rassemblement de Villepinte visé par l’attentat, ont écrit au Premier ministre belge Alexandre De Croo pour lui demander de revoir sa position, mais leurs démarches n’ont pas abouti.

Signé en mars 2022, l’accord a été validé le 20 juillet par le parlement belge par 79 voix contre 41 et 11 abstentions. Il fait de Bruxelles la plaque tournante du terrorisme iranien dont les agents bénéficieront d’une totale immunité, assurés, s’ils se font prendre, d’être échangés contre un ressortissant belge, arrêté et condamné en Iran sous n’importe quel prétexte. C’est un encouragement à la prise d’otages dont le régime iranien, expert en la matière, ne se privera pas.

Le 20 juillet à minuit, immédiatement après l’adoption de l’accord, des responsables de la Résistance iranienne avec, à leur tête Maryam Radjavi, et des personnalités amies, parties civiles dans l’affaire, comme Sid Ahmed Ghazali, Giulio Terzi, Robert Torricelli, Linda Chavez, Tahar Boumesra, ont soumis, au tribunal de première instance de Bruxelles, une demande urgente pour empêcher le transfèrement d’Assadi en Iran. En réponse, le tribunal a prolongé l’interdiction de renvoyer Assadi en Iran jusqu’au 19 septembre, date fixée pour l’audience au cours de laquelle la demande des plaignants sera examinée

Habituellement les histoires belges nous font bien rire. Pas celle-ci !

Une victoire judiciaire peut-être décisive

Dans son jugement du 16 juillet 2010, la cour d’appel du district de Washington a déclaré que la décision de la Secrétaire d’Etat de l’époque, Mme Condoleezza Rice, de refuser de supprimer les Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI) de la…

Une victoire historique

La plus haute juridiction du Royaume Uni vient de confirmer, en appel, la décision de la Commission d’Appel des Organisations Proscrites (OPAC) sommant le gouvernement britannique de retirer l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI) de sa liste des organisations…

Une soirée entre amis

Comme chaque année, la Présidente élue de la Résistance iranienne a présenté ses vœux aux sympathisants français de son organisation, à l’occasion d’un dîner qui a réuni plusieurs centaines de participants, le 4 janvier 2009, à la Maison de l’Ile…

Une collecte fructueuse

Le « Téléthon pour un Iran libre » de la chaîne satellite Simay-e Azadi, (le visage de la liberté), s'est déroulé du 14 au 18 janvier 2022. Le montant total des dons s'élève à 6 665 454 dollars US. Durant…

Un visiteur de marque

Dans la soirée du samedi 30 juillet 2016, Mahmoud Abbas, président de l’Autorité palestinienne, a rencontré Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance iranienne, au siège du CNRI. Le président Mahmoud Abbas a souligné la nécessité de combattre l’intégrisme et…

Un vaste élan de solidarité

Le « Téléthon pour un Iran libre » de la chaîne satellite Simay-e Azadi, (le visage de la liberté), qui a débuté à 17h30 heure d’Iran le vendredi 8 janvier 2021 s’est poursuivi jusqu’au mardi 12 janvier à 10h30. Le…

Un tournant dans l'histoire de la Résistance iranienne

Maryam Radjavi auditionnée par les parlementaires américains Dans la soirée du 29 avril 2014, le sous-comité des Affaires étrangères de la Chambre des représentants américains a tenu une audition intitulée « Etat islamique, définir l’ennemi ». A cette occasion, Maryam…

Un nouvel an chargé d'espoir

A l’occasion de Norouz, le nouvel an iranien, Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance iranienne a souhaité à ses compatriotes une bonne année 1401, un bon début du XVe siècle de l’hégire et un bon début d’une nouvelle ère…

Un nouvel an 2010 chargé d'espoir

Ils étaient plusieurs centaines d’iraniens en exil et de sympathisants français de la Résistance, réunis dans les locaux du CNRI, en ce premier jour du printemps, pour fêter Norouz, le jour de l’an du calendrier iranien.

Un jumelage hautement symbolique

Le 13 juillet 2019, Jean-François Legaret, Maire du 1er arrondissement de Paris et Zohreh Akhiani, Maire de la cité d’Achraf 3, ont procédé solennellement au jumelage des deux municipalités. Le serment de jumelage stipule « Nous prenons l’engagement solennel et…